Inde Yoga Danse Massages Ayurvédiques

Accueil > Les disciplines > Confluences entre yoga et danse de l’Inde

Confluences entre yoga et danse de l’Inde

mardi 4 octobre 2016, par josiane

Dans la tradition indienne, la danse et le yoga viennent du dieu Shiva, le danseur de l’univers, maître de toute énergie, symbole de transformation.

Le yoga (yug : union), tend à travers un travail patient, à développer et harmoniser au mieux tous les aspects de l’être : corps, âme, esprit, cette « union » intérieure débouchant sur une participation harmonieuse à la vie sous toutes ses formes et enfin à l’union au principe de toute vie à travers un acte d’amour.

Dans la danse indienne également, le corps contrôlé, exploré de l’intérieur, devient le lieu de l’esprit.

La danse indienne présente deux aspects fondamentaux :
- nrita : danse pure, éléments techniques abstraits.
- nritya : éléments suggestifs, qui s’expriment par un jeu théâtral où les gestes symboliques et les expressions du visage ont un rôle très important.

Dans la danse nrita, les figures géométriques harmonieuses dessinées dans l’espace structuré comme un mandala, recentrent comme les postures de yoga : les asanas. Leur extrême précision et le contrôle du regard exigent une présence totale. La danse, comme le hatha- yoga, incorpore et transcende les oppositions : activité, passivité ; contraction, décontraction ; poids, légèreté ; ancrage, élan ; symétrie, dissymétrie ; force, douceur ; lenteur, vitesse ; inspiration, expiration.

Les pas dialoguent avec des syllabes scandées (bols) ou les notes de musique, dans une grande fantaisie et complexité, mais les variations rythmiques s’organisent autour d’une pulsation de base immuable comme un coeur qui bat : immobilité au cœur du mouvement.

La pratique quotidienne de danse, qui mobilise si fortement corps et pensée, par l’effort même qu’elle exige, tant physique que mental, peut conduire à un état de vacuité et de détente profond comme si l’on devenait l’exercice répété au fil des jours et à une sorte de purification. Maurice Béjart a exprimé cette expérience en des termes voisins à propos du travail à la barre.

Dans la danse suggestive nritya, la danseuse joue avec les éléments, les astres, les fleurs, les animaux, les hommes et les dieux. Elle est au cœur de toute chose. Elle incarne tous les personnages sans s’attarder à un seul et peut ainsi éprouver une émotion sans s’y perdre. Les images qu’elle incarne sont fortes et poétiques et l’émotion première déclinée de mille manières est l’amour.

La pratique du yoga induit de même des visualisations et l’incarnation de postures chargées d’un fort symbolisme.

La conscience et la maîtrise de la respiration qui sous tendent toute la pratique de yoga apportent une aide considérable pour améliorer la résistance et la qualité du geste, pour surmonter le trac et pour conter sans s’essouffler entre deux danses une histoire ou un poème, clé de la chorégraphie suivante, souvent apprécié du public non indien.