Inde Yoga Danse Massages Ayurvédiques

Accueil > Les disciplines > La méthode de Babacar Khane

La méthode de Babacar Khane

samedi 1er octobre 2016, par josiane

JPEG - 8.3 ko

Babacar Khane propose trois traditions dont il a fait la synthèse, chacune gardant son caractère propre :

- La tradition chinoise
- La tradition égyptienne
- Le hatha yoga de l’Inde


Le yoga chinois se caractérise entre autres par des exercices de contractions, décontractions rythmiques de certaines parties très précises du corps ou de tout l’ensemble. Pulsations, écoute des rythmes internes, ont pour effet de revitaliser et de favoriser la bonne circulation de l’énergie vitale dans le corps et les organes. Les contractions, décontractions sont une bénédiction pour les articulations des danseurs, en particulier les genoux, fortement sollicités dans la danse Bharata- natyam. Elles relaxent et mettent en condition rapidement.

Des attitudes debout d’enracinement et de tonification des jambes constituent une excellente préparation à la danse.

Des séries pour le dos mobilisent le tronc très lentement dans les quatre directions fondamentales : extension, flexion avant, flexion latérale, torsion, sur un bassin fixe. La danse Bharata-natyam dissocie aussi nettement tronc et bassin : bassin contrôlé, tronc très mobile. Les exercices doux et lents de yoga aident à développer cette conscience. Ces attitudes se travaillent en trois temps : une phase dynamique avec des gestes très lents épousant une respiration ralentie an maximum dans l’aisance, une phase statique, une phase de contraction sur l’expiration.


Le yoga égyptien met l’accent sur la verticalité, la coordination des mouvements toujours très lents et coulés dans le souffle, les marches. La beauté des attitudes appelle la danse : des instants immobiles, une statue qui respire.

JPEG

Une des difficultés du Bharata natyam est la position de base des bras, arrondis comme des ailes, le coude donnant la forme, le poignet se posant sur l’air et l’épaule détendue autant que possible. Le yoga égyptien propose le mouvement de l’aigle, un enchaînement qui induit une conscience fine des différents segments du bras, de la main à l’épaule, et présente des attitudes similaires à la danse.


Le hatha-yoga de l’Inde rafraîchit, tonifie et assouplit. Les postures inversées, la relaxation, sont les bienvenues pour chasser la fatigue de la danse.

Pour plus de détails, voir le site de l’Institut International de Yoga (ancienne adresse)

Portfolio